btn vitrine

 

juin 2019
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Flat View
Vue par années
Vue par mois
Vue par mois
Weekly View
Vue par semaines
Categories
Vue par catégories
Search
Rechercher

Une alternative au mazout à base de fumier, de sacs de plastique et d’autres résidus

23 mars 2017
Lieu :
Québec


Contact :
Carole Roch, conseillère en communication, CRIQ, 514 383-3254 / 1 800 667-4570 poste 3254, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

communique1.jpg

L’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) et le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) ont récemment obtenu un brevet américain pour un réacteur vertical à vis sans fin permettant la conversion de résidus organiques en biohuile, une énergie renouvelable moins polluante que les énergies fossiles.

Dans un contexte agricole, l’équipement peut, entre autres, transformer des résidus de cultures, des déchets issus de la transformation d’aliments et des sous-produits animaux en biocarburant pour chauffer des bâtiments. Ses applications ne sont pas limitées à l’agriculture et la technologie pourrait trouver sa place dans bien d’autres secteurs, par exemple pour traiter des boues déshydratées d’usines de traitement des eaux usées ou des rejets d’usines de biométhanisation.

Des travaux menés conjointement depuis 2014 par l’IRDA et le CRIQ ont démontré qu’il est possible d’améliorer les propriétés de la biohuile issue du procédé grâce à l’ajout de résidus de plastique et d’établir les proportions optimales pour le mélange avec le mazout afin de produire un biocombustible efficace destiné à alimenter les systèmes de chauffage de serres horticoles.

« En plus de résoudre la problématique de la gestion des résidus agricoles, cette invention contribuera à réduire les émissions de gaz à effet de serre tout comme l’a permis l’éthanol lorsqu’il fut incorporé à l’essence il y a une vingtaine d’années », a rappelé monsieur Georges Archambault, président et chef de la direction de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement.

« Le maillage de nos différentes expertises a permis de mener à bien ce projet et je souhaite sincèrement qu’il soit les prémices de nombreuses collaborations futures », de souligner monsieur Denis Hardy, président-directeur général du Centre de recherche industrielle du Québec. Le brevet américan No. 9,486,774 “System and process for thermochemical treatment of matter containing organic compounds ” s’ajoute au brevet canadien No. 2,830,968C délivré en avril 2016.

À propos de l’IRDA
L’IRDA est une corporation de recherche à but non lucratif qui a pour mission de réaliser des activités de recherche, de développement et de transfert en agroenvironnement visant à favoriser l’innovation en agriculture, dans une perspective de développement durable. www.irda.qc.ca

Retour